Moïse Marcoux-Chabot

Mon portrait sur la Fabrique Culturelle

Dans les premiers jours de la tournée gaspésienne De réalisme et d’espoir, j’ai laissé une caméra de Télé-Québec se retourner vers moi et joué le rôle que je réserve habituellement à d’autres, devenant le sujet d’un portrait audiovisuel. Le tournage a eu lieu à Chandler, par une venteuse et très froide journée de janvier 2014, en compagnie d’Estelle Marcoux (coordination) et de Julien Leblanc (réalisation, caméra et montage). La capsule de 5 minutes qui en résulte est intitulée «La caméra comme arme subjective et engagée» et a été mise en ligne sur la plateforme web de Télé-Québec.

Voir la capsule «La caméra comme arme subjective et engagée» sur la Fabrique Culturelle.

moise-marcoux-chabot-fabrique-culturelle

Visuel de la capsule, par Julien Leblanc, 2014.

Description:

«Rencontre avec Moïse Marcoux-Chabot, jeune documentariste indépendant de la trempe des grands du cinéma direct. Enregistrée lors de sa tournée gaspésienne intitulée De réalisme et d’espoir, Marcoux-Chabot nous parle de son style, de son approche et de ses inspirations.»

Avec des extraits de:

Le règne de la peur (16 min, 2013); Lespouère (20 min, 2013); Gaspésie 2023 (5 min, 2013); Journal de bord 1 (2 min, 2013); Sons étranges (7 min, 2013).