Moïse Marcoux-Chabot

Vos attentes

J’ai partagé quelques réflexions et expériences sur ce site au cours des derniers mois, par des textes, des images et plus récemment des séquences vidéo. J’ai essayé de faire vivre à autrui des fragments de mon terrain à l’étranger. En anthropologie, le terrain est un moment particulièrement intense, autant par la proximité avec les autres que par la proximité avec soi-même.

C’est une marche sur un fil tendu entre deux cultures.
Du funambulisme scientifique au-dessus de l’inconnu et du mal connu.
C’est une douce chute avec pour seul filet les toiles de sens tissées par l’être humain.
Une acrobatie culturelle à recommencer sans cesse.

C’est un moment intense clairement marqué par une arrivée et un départ, un début et une fin.

Ah oui ? Vraiment ? Un début et une fin ?

Non, pas une fin. Ce n’est pas un voyage d’agrément, vite relégué au rang de souvenir. Le terrain est essentiel mais n’est qu’une étape au sein d’une démarche que l’on peut étirer à l’infini. J’ai beaucoup d’idées en tête pour faire en sorte que mon séjour au Tchad se poursuive encore longtemps, que j’y sois ou non. Les membres de Rafigui m’ont fait part de certaines attentes, l’Université viendra assez tôt me rappeller les siennes.

Mais vous, du Tchad ou du Canada, quelles sont les vôtres ? Qu’aimeriez-vous vivre, lire, voir et entendre, sur cet espace virtuel ou dans un endroit bien réel ? Sous quelle forme ?

Quelles sont vos attentes ?

Les outils de mon terrain anthropologique

4 commentairesLaisser un commentaire

  • Moi, Gabriel Marcoux-Chabot, respectable grand frère du jeune Moïse Marcoux-Chabot, témoin privilégié de l’immensité de son génie et admirateur de ses sourcils en accents circonflexes, présente ici au public mes attentes quant à la poursuite de son travail anthropologique:

    Que la présence de l’anthropologue soit forte, qu’on la sente dans ses articles, ses photos, ses vidéos. Qu’il fasse preuve d’ouverture, certes, mais que cette ouverture ne fasse pas de lui une fenêtre transparente sur une réalité prétendument objective. Que son ouverture soit celle d’un individu réel, palpable, dont on puisse reconnaître (ou apprendre à connaître) les peurs, les doutes et les enthousiasmes à travers les produits dérivés de son aventure. Que ses articles, photos et vidéos ne nous offrent pas une image de la réalité, mais nous invitent plutôt à partager une expérience, la sienne, vécue de l’intérieur comme de l’extérieur. Qu’il soit évident que cette expérience n’est pas celle d’un anthropologue, mais d’un être humain, afin que d’autres humains, artistes, philosophes, plombiers et hygiénistes dentaires, puissent écouter, voir et comprendre, communiquer à leur tour. Que tout soit rencontre, finalement, sur la pellicule ou sur le papier, que tout soit échange.

  • Ouf! Que dire de plus… Je ne crois pas avoir la plume de ton frère (ou même la tienne!), mais l’ergothérapeute en moi aimerait bien que tu partage ta façon de voir les défis, les joies et les rêves des tchadiens ainsi que les tiens à la suite de cette expérience. Au plaisir!

  • La Plume n’importe point. À celui qui sait faire entendre sa vrai voix, la langue n’est plus un frein …

    Je relance Gabriel dit le grand frère officiel ! Mes attentes sont les suivantes :

    Je met Moussa au défi de faire jaillir l’humain en lui … comme cela a déja été dit … mais avant tout je lui propose ceci : fournir une définition de ce que signifie l’Anthropologie pour lui …. ! Ainsi nous pourrons enfin mettre des mots et comprendre ce qu’il étudie ! Vas-y moussossi, réfléchi et pond nous quelques chose de concis … tu sais, quelques mots suffisent ….pour que la compréhension s’active …. surtout quand on s’appelle Moïse …

    Go Mousse Go

  • Bonjour Moïse!

    J’ai été plutôt silencieuse jusqu’ici, mais je suis ton voyage depuis le début avec grand intérêt. Bravo pour ce blog fantastique et tes textes et séquences vidéos. Tu es très doué et passioné! J’admire ton sens du focus, ton ouverture à l’autre (et à soi), et ton lachez-prise.

    Mes attentes sont l’éclairage en retour que tu tire de cette expérience. Pour moi l’anthropologie est entre autres une philosophie de vie, une forme d’ouverture, de questionnement et de tolérance de la différence.

    Cette énergie bien particulière qui nous animes en voyage, à l’aventure aux quatre coins du globe, comment est-elle intégrée(ou pas) à l’énergie de la vie dans son chez soi?

    Mes attentes sont dans savoir plus sur comment tu as vécu cette expérience. Que représente-t-elle pour toi au niveau professionnel, personnel ( ce qui t’a fait grandir)?

    Au plaisir de se voir bientôt! Bonne route!