Moïse Marcoux-Chabot

Participation au documentaire «Police sous surveillance»

Ce soir à 20h à RDI sera diffusé le documentaire Police sous surveillance, réalisé par Charles Gervais et produit par Les Productions Flow. J’ai accordé une entrevue à l’équipe l’été dernier pour partager ma perspective sur l’acte de filmer les policiers. Je ne sais pas trop ce que l’on a conservé au montage des points que j’ai tenté d’amener, mais on devrait me retrouver ce soir à la télé au côté d’Alain Arsenault, Francis Dupuis-Déry, Stéphane Berthomet, Simon Lussier et autres intervenants spécialistes de la question. Quelques unes de mes images d’archives filmées lors d’interventions policières à Victoriaville et Montréal ont par ailleurs été utilisées au montage.

moise-marcoux-chabot-police-sous-surveillance

Synopsis

Les policiers font face à une nouvelle réalité, à une nouvelle pression sociale. Les citoyens les observent, prêts à sortir leur téléphone cellulaire à tout instant pour se protéger, ou les prendre en défaut. Ils accumulent dorénavant des preuves de leurs potentiels dérapages. Certaines vidéos ont permis la tenue d’enquêtes publiques, de procès, et entraîné des peines et des sanctions.

La relation entre la police et la communauté a ainsi changé. Les policiers ne peuvent plus utiliser la force ou leurs armes sans considérer le fait d’être filmés, qui peut se retourner contre eux et provoquer un lynchage sur les réseaux sociaux. Et ils sont souvent montrés du doigt dans des montages qui ne disent pas tout. Comment les policiers vivent-ils avec cette pression? Quels impacts ces images ont-elles sur leur vie et leur travail? Est-ce une bonne idée de munir les policiers de leur propre caméra? Comment restaurer le lien de confiance entre les citoyens et la police?

Bénéficiant d’un accès privilégié à des policiers en patrouille et lors de grandes manifestations, POLICE SOUS SURVEILLANCE s’intéresse aux vidéos et aux acteurs des interventions qui ont façonné l’image qu’on se fait de la police, mettant en relief ce phénomène qui contribue à transformer la manière dont les policiers exercent leur métier aujourd’hui.
– Les Productions Flow, page officielle du film

Bande-annonce

En complément ou introduction, vous pouvez lire la chronique de Stéphane Baillargeon du Devoir sur le film, parue dans le Devoir de samedi dernier.

Certains citoyens voient d’ailleurs dans les caméras un moyen organisé de lutter contre la répression policière. C’est le cas de 99%Média, né pendant les grèves étudiantes. « Filmer enlève à la police l’impunité », résume un vidéaste militant. Un autre documentariste de la rue, Moïse Marcoux-Chabot, en rajoute : « On a constaté que souvent, tant qu’il n’y a pas d’images pour prouver qu’on a été frappé et arrêté, les gens n’y croient pas. »
– Stéphane Baillargeon, «Police démontée», Le Devoir, 12 mars 2016.

Mise à jour, 16 mars 2016: Vous pouvez désormais voir le film sur Tou.Tv.