Moïse Marcoux-Chabot

Catégorie - Carnets

fleur-de-lys-carre-rouge-sang

Fleur de lys

Si Renaud était québécois, son nouvel album s'intitulerait Carré rouge sang et son hit serait Fleur de lys (pastiche sur le thème de la grève, à fredonner sur l'air de la chanson Hexagone).

rue-intimidante

Délit collectif de quadrature écarlate

Ce que j'ai trouvé de mieux à écrire le 10 juin 2012, pendant la fin de semaine du Grand Prix du Canada, alors que des centaines de personnes subissaient du profilage politique à Montréal et sur l'Île Sainte-Hélène.

casseroles

L’écho des casseroles

Nuit chaude de mai à Montréal. Je sors pour la première fois dans la rue avec une casserole à la main. Une première note claire et solitaire résonne. Puis des échos se font entendre...

Printemps érable (graphisme Moïse Marcoux-Chabot)

C’est le temps des sacres

Mon interprétation de l'expression «printemps érable», sous forme d'un manifeste influencé par les manifs et slogans bien arrosés de jurons québécois.

Chaque manif compte pour la lutte (Détrournement d'une affiche de la STM par Moïse Marcoux-Chabot)

Y a du monde en maudit

Y a du monde dans la rue, mais y a du monde en maudit qui sont ailleurs et projettent tous leurs espoirs vers ceux et celles qui peuvent prendre la rue.

moise-marcoux-chabot-camera-au-poing-banniere-fond-NB

Ne pas oublier

«J'ai vu, j'ai pleuré et je n'ai rien pu faire.» Réflexion sur la violence politique et la mémoire collective, à partir d'un documentaire sur le travail de l'anthropologue péruvien Edilberto Jiménez Quispe.

article-792-1

Faire le point

C'est par l'étude de l'anthropologie visuelle que ma réflexion sur l'image s'est construite. On m'a questionné récemment à propos de cette réflexion et de l'influence qu'elle peut avoir sur mes réalisations. J'ai mis de l'ordre dans mes idées et j'ai fait le point sur quelques éléments qui me semblent importants.

2 avril 2010, Lima, Pérou

Tiens, je suis au Pérou

À partir de maintenant, je peux dire «la première fois que je suis allé au Pérou» ou «la deuxième fois que j'ai atterri à Lima». Ce n'est pas rien. Combien de gens sur la planète ont l'occasion de partir à l'autre bout du monde plus d'une fois dans leur vie ?