Moïse Marcoux-Chabot

Brèves nouvelles automnales

Un an après mon retour du Tchad, deux disques durs brisés et un ordinateur portable en réparation plus tard, je me rapproche finalement d’une conclusion à mon projet de formation pratique en anthropologie visuelle. Quelques films devraient apparaitre sur le site dans les prochaines semaines. Le premier de la série est une courte séquence, La kochette et le couteau de jet.

Le visuel se porte bien au département d’anthropologie de l’Université Laval. Nous sommes en train de finaliser l’achat de nouvelles caméras et ordinateurs destinés au montage, grâce un projet du Fonds d’Investissement Étudiant de 35 000$, dont je suis responsable. En collaboration avec la direction du département, j’organise aussi une série d’ateliers-conférences sur le cinéma documentaire, avec le cinéaste d’expérience André Gladu. Destinée principalement aux étudiants en anthropologie, cette série de huit rencontres s’étend sur toute l’année et est fort prometteuse.

Toujours dans le même domaine, je travaille pour la troisième année consécutive avec Frédéric Laugrand, professeur titulaire du cours d’anthropologie visuelle, pour soutenir les étudiants et étudiantes dans le montage de leurs films. Et je collabore pour la quatrième fois à l’organisation du Festival International du Film Ethnographique du Québec.

J’organise régulièrement des soirées de projections de films à mon appartement, consacrées surtout au film documentaire, mais aussi à la fiction lorsque la thématique s’y prête. Si vous aimeriez recevoir des invitations pour ces soirées, faites-moi en part.

Comme il faut bien que j’étudie un peu aussi dans tout ça, je terminerai mon baccalauréat en anthropologie cette année, après avoir suivi quelques cours en cinéma pour compléter ma formation. Je prévois débuter une maîtrise en anthropologie visuelle à l’automne 2010, après une pause d’études d’un an.