Moïse Marcoux-Chabot

Anthropologie visuelle

Textes, films, réflexions et narrations en anthropologie visuelle

En septembre 2011, pour souligner mes cinq ans d’intérêt pour l’anthropologie visuelle, j’ai réalisé une compilation de mes textes, films, réflexions et narrations liés à ce sujet. Les voici rassemblés dans un document PDF pratique à imprimer, lire et archiver.

Télécharger: textes-films-reflexions-narrations-2006-2011.pdf (17 pages, 684 Ko)

Contenu du document:

  • L’image et le voyage
  • Pour une anthropologie visuelle vulgarisée
  • Points de vue
  • Notes de lecture en anthropologie visuelle
  • Voir est un verbe
  • Regards tchadiens
  • Ma vie amoureuse (allégorie anthropologique)
  • Jeune fille; caméra
  • La Trilogie du regard
  • Productions Ceci n’est pas un film
  • Plume blanche, récit d’une rencontre interculturelle
  • Faire le point
  • Ne pas oublier
  • Autoreprésentation autochtone: Wapikoni mobile

Notes de lecture en anthropologie visuelle

« Le seul conseil que l’on peut donner à des jeunes gens qui veulent faire du cinéma, c’est de faire de l’école buissonnière une règle de vie, mais en le faisant très sérieusement. »
– Jean Rouch

Ce document, compilé en 2007, consiste en une série de citations sur l’anthropologie visuelle. Loin d’offrir un panorama complet de cet aspect de la discipline, ce travail se concentre d’abord et avant tout sur la démarche participative dans la méthode de travail de terrain menant à la réalisation d’oeuvres de cinéma anthropologique.

Certains thèmes paraitront récurrents, notamment l’anthropologie partagée telle que pratiquée par Jean Rouch. Les concepts de cinéma vérité et d’ethno-fiction, au coeur de la démarche de Rouch, côtoient les idées et méthodes entourant la place de la subjectivité et de la réflexivité dans les productions audiovisuelles des anthropologues.

En commençant les lectures qui ont mené à ce recueil de citations, je recherchais d’abord des outils méthodologiques et conceptuels pour m’aider à réaliser un terrain au Tchad et produire des documents vidéos pertinents. L’approche participative m’intéressait et j’avais été mis en contact avec certains films de Rouch, sans toutefois en saisir toute l’originalité.

Ce sont les lectures et les références intertextuelles qui m’ont guidé dans cette exploration, rendant parfois nécessaire le visionnement de films classiques pour mieux mettre en perspective les références. Plusieurs autres livres et articles que ceux cités plus loin ont été lus sans toutefois être mis à contribution dans la prise de notes systématique qui a conclu cette démarche.

Ce recueil est surtout construit pour mon usage personnel, comme outil de travail dans la réalisation de documents vidéos et comme complément théorique à mon projet de formation pratique. Mais fidèle à l’idée de partage qui transparait dans les citations, j’espère qu’il saura intéresser et même aider d’autres anthropologues ou étudiants en anthropologie atteints de cette belle folie qui nous pousse à partir sur le terrain encombrés de matériel électronique coûteux, fragile et conçu pour fonctionner dans des relations à sens unique, entre observateur et observé.

Ici, la forme importe peu et les idées importent beaucoup. Il y a eu découpage, bien entendu: la vision de l’anthropologie visuelle qui émane de ce montage n’est pas nécessairement celle des auteurs. Il s’agit d’un point de vue, le mien, construit à partir de la sélection instinctive de plusieurs réalités, idées et points de vue, dont l’essentiel a été laissé hors-champ. Aucune de ces citations ne devrait être recopiée intégralement sans avoir au préalable lu son contexte et visionné les films mentionnés.

Télécharger: notes_de_lecture_anthropologie_visuelle.pdf (30 pages, 1.1 Mo)