Moïse Marcoux-Chabot

41°C à l’ombre

«Dans votre documentaire, serez-vous acteur aussi ? Ou vous resterez derrière la caméra ?»
Atchenemou Azoudoum Samuel, membre de Rafigui

On ne m’avait pas menti. Le Tchad doit bien être l’un des pays les plus chauds du monde. Étendu sur une natte dans le hangar central de la concession de la famille Amboussidi, j’écoute la radio du quartier Chagoua. J’y apprends, sans grande surprise, qu’il fait 41°C à l’ombre. Alors je lézarde, comme les petits reptiles qui se promènent sur le sol et les murs de terre glaise, les margouillards. Quoique je n’aurais pas l’énergie, comme eux, de me battre pour défendre mon coin de mur. Ils courent, frétillent la queue et agitent leur tête orangée de haut en bas pour protéger leur territoire. J’ai plutôt besoin d’un peu de repos, après les dernières journées bien mouvementées.

29 mai, 20h30, atterrissage à l’aéroport de N’Djamena. Ouverture de la porte, une bonne grande bouffée de chaleur africaine, et c’est parti pour trois mois de découvertes et de rencontres. Je commence par éviter les formalités douanières avec un commissaire de police, oncle de l’ami d’un ami. Allez hop, on passe la barrière de sécurité et on récupère en vitesse les bagages, pendant qu’une équipe de télévision occidentale est aux prises avec les services frontaliers.

Dès la sortie, je suis accueilli en grand par l’équipe de Rafigui. Une dizaine de membres sont présents, le papa de mon ami Mini-Mini Médard y est aussi et l’euphorie est au rendez-vous. Présentations, salutations, et on embarque dans la boîte du camion qui nous emmène au quartier Chagoua. Sur le trajet, malgré le vent, la poussière et les rues pas toujours éclairées, on me présente rapidement les bâtiments administratifs, ministères et autres palais présidentiels. Un petit arrêt pour visiter le siège de Rafigui, un local pas très grand mais qui permet au journal de tenir ses réunions et de brancher ses quelques ordinateurs.

On m’emmène ensuite chez la famille Amboussidi, avec qui je passerai les deux premières semaines. Un des fils, Bruno, est le président de l’association Rafigui, alors que son frère aîné, Nestor, était membre dans les débuts du journal mais travaille maintenant dans les camps de réfugiés de Farchana, près de la frontière du Darfour. Un bon repas nous attend, partagé à l’africaine, dans une grande assiette commune.

Depuis ce premier soir, la vie suit très bien son cours. Il y a des tas de formalités à remplir (présentation aux autorités, enregistrement, permis de séjour, autorisation de prise de photos, etc.) et on me renvoie d’un ministère à l’autre. J’ai la chance d’avoir avec moi les membres de Rafigui, qui se relaient pour me diriger dans la ville. Véritables interprètes culturels, je ne sais pas comment je me débrouillerais sans eux. Les déplacements en ville nous donnent aussi l’occasion de rendre visite à des parents, amis ou collègues de classe. On m’a présenté à tellement de gens déjà, j’ai de la difficulté à retenir les noms ! L’accueil est toujours chaleureux et le français permet d’échanger quelques mots. En effet, la plupart des tchadiens rencontrés parlent au moins une ou deux langues venant de leurs parents, le français, l’arabe tchadien, le Ngambay et parfois l’anglais. Alors que le français sert surtout à l’école et dans les affaires publiques (radio, journaux, gouvernement, associations, etc.), l’usage de l’arabe tchadien et du Ngambay est assez courant dans la rue et les langues natales ressurgissent derrière les portes de la concession familliale.

Je m’y attendais un peu, mais ici la connexion internet est lente et coûteuse. Alors pour l’instant, je vais restreindre mes envois à des articles texte. Pour les photos, on verra plus tard. Quant aux extraits vidéos, je crois bien que nous devrons attendre à l’automne… Mais si ça continue comme c’est parti, je vous assure que je reviendrai au Québec avec une tête remplie de souvenirs à partager et un sac rempli de vidéos et de photos incroyables. L’approche participative en anthropologie visuelle fait déjà ses preuves… Réservez vos places pour les projections, car elles feront salle comble !

11 commentairesLaisser un commentaire

  • Yo mec,

    Juste un ptit mot pour te dire que je suis avec toi … en fait, je suis un tes meilleurs fans …c’est sûr !

    Vas-y Moïse … Lésine pas sur l’audace bien mesurée … sans toutefois lézarder dans les ruelles non-éclairées !

    Doum … qui est en train de compléter ses obligations CÉRULaires avec ruse et franchise …!

    dit Bonjour à toute l’Afrique de ma part !

  • Salut Moïse!
    Comme d’habitude,c’est un plaisir de te lire! Tu as un excellent style journalistique…on s’y croirait presque!
    Je sue juste à imaginer la chaleur qu’il fait là-bas…moi, je ne pourrais pas!
    Profite à fond, comme tu sais le faire, de l’expérience!
    À bientôt!

    Ginette Moreau
    Waterloo…bientôt Warden

  • Gloire au frère prodique qui ne part que pour mieux revenir! En te lisant, j’ai un peu l’impression de découvrir le Tchad en même temps que toi. C’est sans doute faux, car la mise en récit de tes premières impressions leur donne sans doute une cohérence que tu ne vis pas toi-même réellement (c’est le littéraire qui parle). Quel bordel d’émotions et de sensations tu dois vivre! Et tout ça doit être intraduisible sur le clavier… Il faudra que tu te mettes à l’art abstrait, mon frère, pour que nous puissions arriver à vivre un peu ta vie. En attendant, ton écriture fait l’affaire, très bien, même. Bonne continuation!

  • Wow !
    Merci Moïse Moise pour ce beau témoignage. La Joie est la mienne de savoir que ton séjour dans mon pays démarre bien. Je suis vraiment content de savoir que ce n’est plus à moi qui te chante l’hostilité africaine et la tchadienne en particulier. C’est sympathique de ta part de nous en parler avec tant de générosité. N’hésite pas aussi à crier tabarnack s’il y a lieu de le faire.

    Comme je te l’ai toujours dit, avec l’équipe de RAFIGUI, tu ne sera que bien entouré durant ton séjour. Tu es entre de bonnes mains. Je peux presque dire que ma modeste mission de liaison est déjà accomplie. Mais je reste attentif aux activités en gardant contact avec vous. S’il y a de petits trucs que je peux encore faire pour faire, tu sais que c’est avec plaisir que je le ferais
    Je te souhaite encore et encore des rencontres merveilleuses. J’ai déjà très hâte de voir la ou les vidéos. En attendant, amuse toi chez moi comme je me plais chez toi. Et puis que tu me parle du soleil et la chaleur de mon pays, je te signaler qu’ici au Québec, ta terre natale, l’été est définitivement arrivé. Il ne fait pas autant chaud qu’au Tchad, mais le froid n’ose plus pointer son net. Le gazon a repris entièrement sa place longtemps confisquée par la neige, et les feuilles des érables se déploient aussi bien royalement
    A très bientôt

    Très RAFIGUIMENT
    MINI-MINI Médard,

  • Bonjour Moise,
    Médard m’a parlé de ton initiative et tout ce que tu fais actuellement au Tchad.
    J’ai pû aussi lire ce que tu vis en Afrique.
    Le climat??????
    Hmmmm c’est parfait…C’est l’inverse de ce nous aussi on a vécu en arrivant au québec…
    Tu es chanceux de mesurer de toi même…. les écarts : tant au niveau du climat que de la chaleur humaine (qui peut être , n’a rien à voir avec les clichés de la radio et des média..
    Bon séjour !!!!
    J’irai souvent lire les prochaines étapes

    Thomas Léro

  • Bien heureux de te lire Moïse. Ce faisant, je pense à mon arrivée en Bosnie dans quelques semaines et j’essaie de refouler mon anticipation. Mon passage par le cadre formel d’un colloque à Dublin servira en quelque sorte d’une porte vers une autre dimension: celle du terrain anthropologique. J’ai beaucoup pensé à notre dernière discussion et il m’est revenu à l’esprit (avec l’aide de M. Laugrand) une idée que j’avais écartée un peu légèrement, celle de me servir des images que je récolterai sur le terrain pour faire une exposition. Je pourrai ainsi montrer le travail des photographes sur lesquels je travaillerai tout en ayant l’occasion de présenter mon travail anthropologique à un public élargi. Je planche donc sur cette piste.

    En te lisant j’ai envie de poursuivre notre discussion en postant des commentaires lié à notre travail respectif: toi au Tchad et moi en Bosnie. Par après il y aura cette discussion plus ou moins cohérente avec laquelle nous pourrons enrichir nos réflexions respectives. Je ne sais pas si tu as la chance de lire ces commentaires ou si tu te fies plus à ton courriel, mais dis-moi ce que tu en penses SVP. Pour l’instant je poste ceci sur ton site en me demandant si c’est la meilleure place pour le faire.

    à bientôt
    Gop

  • Bonjour Moïse,

    je suis bien contente de pouvoir lire les récits de ton séjour au Tchad. Il ne faut pas que ça cesse!
    Tu m’as l’air bien entouré, j’espère que tout se passe bien.

    N’Oublie pas d’ouvrir grand tes yeux et de tout capter!

    Eve

  • Belle plume, l’oiseau rare! Pas besoin de photos pour Voir ce qui t’arrive. J’attends la suite avec impatience…

    André

  • Pour Gilbert Durand, auteur des « Structures anthropologiques de l’imaginaire », la « façon » anthropologique se caractérise par un mélange d’humilité scientifique et de largeur d’horizon poétique. Si c’est là ton attitude, mon petit frère, tu fais un beau métier.

    Ainsi parla celui qui aime ses horizons dégagés et ses scientifiques humbles.

    Gabriel

  • Hey !!!!
    Il parrait que j’ai écrit > au lieu d’>.haha! On appelle cela quoquille grave.
    je fait donc ici mon erratum… Je voulais belle et bien écrire HOSPITALITÉ !!!!!!!
    Mini-Mini Médard

  • super quick… il me reste 3 secondes a internet!

    vie…vole…goute l;afrique coco!!!

    je suis pas si loin… quelque part dans les racoins de l;espagne!

    marie la chippie!